Antarctique: Fonte préoccupante du glacier Totten

Le plus grand glacier de l’Antarctique oriental, dont la disparition pourrait engendrer une hausse de six mètres du niveau des mers, est en train de fondre à cause du réchauffement de l’océan, ont déclaré lundi des scientifiques australiens.

GlacierAntarctique-www.grandesterresbio.comLe glacier Totten, qui fait 120 kilomètres de long sur plus de 30 km de large, était jusque là considéré comme étant situé dans une zone épargnée par les courants chauds, où la glace est donc très stable et peu sujette aux variations.
De retour d’une expédition sur place, des scientifiques australiens ont cependant indiqué que l’eau autour du glacier s’était avérée plus chaude qu’attendue et que le glacier risquait de fondre par en dessous.
« Nous savions grâce à des données satellitaires que le glacier perdait de l’épaisseur mais nous ignorions pourquoi », a déclaré à l’AFP Steve Rintoul, chef de l’expédition.
La température des eaux autour du glacier étaient environ 1,5 degré plus élevée que dans dans d’autres zones explorées à l’occasion de ce séjour dans l’Antarctique pendant l’été austral, a-t-il ajouté.
« Le fait que des eaux chaudes puissent atteindre ce glacier témoigne que l’Est Antarctique est potentiellement plus vulnérable à l’impact du réchauffement global qu’on ne le pensait jusqu’alors ».
Le glacier Totten ne va pas fondre du jour au lendemain et provoquer une montée brutale du niveau des mers, a dit le chercheur. Mais il a souligné que cette découverte était importante pour mieux cerner l’impact du changement de la température de l’océan sur la couverture glaciaire. 
Le rythme de la fonte des glaciers dans la zone de l’Antarctique la plus exposée à ce phénomène a triplé au cours de la dernière décennie, selon une étude publiée le mois dernier et portant sur les 21 dernières années.

Source : SYDNEY, 26 jan 2015 (AFP)
Crédit photo : Par Joe Mastroianni, National Science Foundation (From Antarctic Photo Library: LAKEFRYXELL.JPG) [Public domain], via Wikimedia Commons
 
 
 
 
 
Ce contenu a été publié dans Ecologie, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *